Kahlana Barfield Brown

lettre de
notre rédactrice invitée
Kahlana Barfield Brown

Le progrès, c’est de trouver sa passion

Photographie à NY par Samira Rashid

Pendant trop longtemps, les femmes n’ont pas dicté leur rôle dans la société : de nos choix de carrière à nos droits reproductifs jusqu’à notre apparence. Tout a toujours été façonné en grande partie par quelqu’un d’autre sauf nous. Les choses changent. Et de nos jours, quand une femme qui prend le contrôle de sa propre vie, c’est synonyme de progrès pour tous. Le moment est venu d’abolir les normes implicites, les pressions sociétales et les attentes généralisées qui accompagnent le fait d’être une femme. Maintenant, nous avons notre mot à dire sur qui nous sommes et ce que nous devenons. De mes propres expériences, j’ai appris que prendre le contrôle de sa vie commence par la découverte de sa passion. Une fois qu’on l’a identifiée, on peut évaluer comment utiliser ses talents et compétences uniques pour vraiment faire une différence.

Kahlana Barfield Brown sitting on a brick ledge
« Le moment est venu d’abolir les normes implicites, les pressions sociétales et les attentes généralisées qui accompagnent le fait d’être une femme. Maintenant, nous avons notre mot à dire sur qui nous sommes et sur ce que nous devenons. »
Kahlana Barfield Brown

J’ai toujours adoré les vêtements. Même à l’école secondaire quand je gagnais le salaire minimum dans le commerce de détail, j’ai réalisé que la mode et la beauté étaient ma forme d’évasion : pour l’expression de soi et pour raconter sans utiliser de mots. Heureusement, mes parents ne m’ont jamais poussé vers une carrière spécifique. Ils m’ont plutôt encouragé à devenir la meilleure version de moi-même. Cela m’a permis de poursuivre la carrière qui me passionnait. Après l’université, j’ai décroché mon emploi de rêve en tant qu’assistante de beauté chez InStyle. Heureusement, j’ai travaillé avec des gens qui croyaient en moi, qui ont investi en moi et qui m’ont soutenu en cours de route -- ce qui est extrêmement rare pour les femmes noires en entreprise aux États-Unis. Mais j’ai gravi les échelons, puis j’ai voulu chercher un véritable objectif. Je voulais sentir que je collaborais pour vraiment rendre le monde meilleur, en particulier pour les gens qui me ressemblent et qui font face à des obstacles similaires. Je devais donc me faire entendre pour mettre en évidence, amplifier et créer des opportunités pour les personnes de couleur. Mais cela m'a aussi aidé à comprendre que ma carrière ne me définit pas.

Ma véritable raison d’être se manifeste lorsque mon 9 à 5 se termine. Au fil des ans, j'ai vu tant de mes collègues donner la priorité à leur carrière, au point que la famille est devenue une arrière-pensée. Pour moi, fonder une famille était primordial pour combler mon destin sur terre. Et maintenant, je réalise que la maternité est le rôle le plus important que je n’aurai jamais à jouer. Il n'y a simplement rien de plus gratifiant pour moi que de savoir que mon mari et moi enseignons à nos enfants de précieuses leçons d'amour, d'autonomie, de compassion et d'humanité.

Nous sommes tous différents et avons des expériences de vie différentes, et nous valorisons des choses différentes. Le véritable progrès consiste à regarder au fond de soi, à trouver ce que l'on veut et à y donner suite. La passion vous permet de vous manifester dans tous les aspects de votre vie. Et lorsque vous aidez les autres en cours de route, c'est sans doute le type de progrès le plus gratifiant. Peu importe ce que vous portez.

PLEINS FEUX SUR LA PHOTOGRAPHIE

Samira Rashid, Washington, DC

Le progrès, c'est la liberté

« Les progrès sont indéniablement visibles à chaque fois que j'ai l'occasion d'être sur un plateau avec mes semblables qui incarnent le talent et/ou la force motrice d'une marque.

En tant que femme noire et créative, ce progrès est libérateur. Il met également en évidence la reconnaissance et l'appropriation progressives de la créativité de notre culture ».

Samira Rashid

Découvrez toute l'histoire SHOP the story

LE MANUEL DE KEDS POUR LES FEMMES : Le numéro sur le progrès

$model.firstStory.header

Le progrès, c'est être une pionnière.

Christina Fagan, fondatrice de Sh*t That I Knit, parle de l'utilisation de sa plateforme pour soutenir les artisans.

Lisez son témoignage
$model.secondStory.header

Le progrès, c'est stagnant

Michelle Dalzon, fondatrice du Black-Owned Market, veut augmenter le volume de ventes des marques de Noirs.

Lisez son témoignage
$model.thirdStory.header

Le pouvoir, c'est la représentation

Alana Mayo, responsable de la production et du développement à la société de production Outlier Society, parle de l'importance d'utiliser ses propres capacités pour améliorer le sort de ses semblables.

Lisez son témoignage